Golden Era

Róisín Murphy + David Morales.

Golden Era

Simulation

Vivement l’album.

Robyn : Chronologie de la passion amoureuse en 5 chansons (et 5 très jolis vidéos clips)

Longtemps, je me suis levé de bonne heure, mais surtout, longtemps, j’ai cru que les chansons de Madonna racontaient ma vie; Une fiction partagée par beaucoup de mes frères de la jaquette, comme je le devais le découvrir plus tard, entre autre en épousant la Reine des fans de Louise Ciccone.

Si Mado exerce toujours une fascination excessive sur mon cœur d’adolescent déguisé en moustachu, je dois dire que les chansons de la bondissante chanteuse d’electropop suédoise Robyn parlent beaucoup mieux des affres de l’amour que celle de Madonna, qui, il faut l’avouer, est un robot. Robyn parle la même langue que nous, celle de l’amour outragé et déçu, celle de la passion dont nous refusons de nous méfier et qui, par conséquent, finit par consumer notre pauvre petit cœur de pédale.

La chute en amour : Hang with me

And if you do me right
I’m gonna do right by you
And if you keep it tight
I’m gonna confide in you
I know what’s on your mind
there will be time for that too
if you hang with me
hang with me

Just don’t fall
recklessly, headlessly in love with me
Cause its gonna be
All heartbreak
blissfully painful and insanity
if we agree you can hang with me

«Je te vois, je te vois venir, nan, c’est cool tu peux traîner avec moi. Je te dis pas non, mais je ne te dis pas oui non plus. Je crois être dans le contrôle et je sais que tu vas tomber amoureux de moi. Je refuse juste de voir que moi aussi.»

La passion : Indestructible

And I never was smart with love
I let the bad ones in and the good ones go but
I’m gonna love you like I’ve never been hurt before
I’m gonna love you like I’m indestructible
Your love is ultimate
Not again it’s taking over
This is hardcore
And I’m indestructible

«Je suis pas un poulet de l’année, je sais comment ça se passe, je vais me manger un mur mais je sais aussi que ça vaut le coup. Alors j’essaye l’auto-hypnose pour limiter les dégâts.»

La concurrence : Call your girlfriend

Call your girlfriend
It’s time you had the talk
Give your reasons
Say it’s not her fault
But you just met somebody new
And now it’s gonna be me and you

And you tell her that the only way her heart will mend is when she learns to love again
And it won’t make sense right now but you’re still her friend
And then you let her down easy

«Je sais que si tu n’as rien dit à ton mec, c’est que c’est que tu ne lui diras jamais que c’est fini entre vous. Mais comme je suis folle de toi, je te le dis quand même: dump him. Même si je n’y crois pas et que le mal de ventre me fait me rouler par terre en criant dans mon garage.»

La chute : Be mine

And now you’re gone, it’s like an echo in my head
And I remember every word you said

‘Cause you never were and you never will be mine
No, you never were and you never will be mine

For the first time, there is no mercy in your eyes
And the cold wind’s hitting my face, and you’re gone
And you’re walking away

*BLAM* (le mur des réalités).

Le stalking : Dancing on my own

I’m in the corner, watching you kiss her, ohh
I’m giving it my all, but I’m not the girl you’re taking home
I keep dancing on my own

I’m in the corner, watching you kiss her, ohhh
I’m right over here, why can’t you see me, ohhh
I’m giving it my all, but I’m not the girl you’re taking home
I keep dancing on my own
I keep dancing on my own.

«Si je bois suffisamment, j’ai l’impression d’être beau quand je danse tout seul. Et oui, je suis venu à cette soirée, alors que je ne sors plus depuis des années, juste pour retourner le couteau dans la plaie et te voir danser avec ton mec. Parce que je crois encore que c’est une méprise et que si tu me vois, c’est moi que tu vas ramener chez toi. Mais en fait, je sais que non. J’ai juste besoin de voir que tu es passé à autre chose pour pouvoir moi-même passer à autre chose. Et pouvoir continuer à danser.»

Épilogue

Le stade d’après, c’est d’arrêter d’écouter Robyn, ainsi que la mauvaise scénariste de Grey’s Anatomy qui semble avoir été placée aux commandes de notre raison. Et peut-être tout simplement attendre demain.

Spéciale dédicace à Anne et ses chansons d’amour.

Sing along

Un piou-piou s’invite sur la scène d’un festival de bluegrass (1’25). C’est l’instant Blanche Neige. <3

Christmas Spells

— Justin Vivian Bond, Christmas Spells, 2010.

In December 2010, Bond opened a new show at the Abrons Arts Center, New York City, entitled simply Justin Bond: Christmas Spells. Based upon a short story that had been written by Bond’s friend, the novelist Kate Bornstein, Dixie Belle: The Further Adventures of Huckleberry Finn « imagines Huck Finn as a tranny hooker in a brothel in New Orleans after the Civil War. It’s written as a letter Huck writes on Christmas Eve to Tom Sawyer to catch him up. [wikipedia]

[via]

Paris 15 août

[audio:paris15aout.mp3|titles=Paris 15 août — Barbara]

Ma Barbara l’a très bien chantée, cette ville vide et chaude, au cœur de l’été, avec l’amertume et la légèreté qui siéent si bien aux histoires d’amours.

Little Green

A 21 ans, trois ans avant son premier contrat en tant que chanteuse, Joni a donné naissance à une fille et, sans un sous, n’a pas eu d’autre choix que de la confier à une famille d’adoption, de «l’abandonner à l’adoption» comme on dit en anglais. Sa fille l’a retrouvé des années plus tard. Toute l’histoire dans un article de 1997 de Maclean’s, Joni Mitchell’s Secret. [via le Joni Mitchell mega post de DM]

Radio Radio

Max met en ligne le clip de Radio Radio, le groupe de son beau-frère, qui s’exprime en chiac, le parler anglo-français acadien. C’est vraiment très frais comme tune, les gars sont bien chouchou et en plus, ça fait chier la vieille Luc Plamandon : Je me souviens que, dans une tribune du Journal de Montréal, Plamandon en croisade, il considérait en novembre dernier que Radio Radio chantait en anglais et donc que c’était normal qu’ils n’aient pas été récompensés aux Félix, les Victoires de la musique québécoises:

«J’aime bien Coeur de pirate, mais là, je ne suis pas d’accord avec elle lorsqu’elle dénonce le fait que le groupe hip-hop Radio Radio n’ait pas remporté un Félix. Les artistes qui chantent en anglais ont leurs catégories, il faut garder ces règles dans le contexte actuel où le français doit à nouveau se battre pour assurer sa survie.»

Nan, mais c’est vrai, quoi, c’est horrible, ces jeunes qui se permettent de faire vivre la langue avec laquelle ils ont grandi. On sent bien le truc un peu puant sous le discours protecteur, sur la pureté de la langue, et effectivement, c’est confirmé par la suite des propos du compositeur aux tomates:

«Ils sont dix millions de Haïtiens qui parlent français. Nous, avec nos cinq millions frileux, on va vite se faire dépasser par les Haïtiens et les Africains. Elle sera où notre nation dans quelques années ? Je sens l’urgence.»

Ah, ça, il pourrait être français tellement il est con, ce Plamandon.