Catégories
textes

Fall

L’hiver se rapproche. Pour le premier jour de l’automne, j’ai participé à mon premier tournoi de volley-ball au Canada. Avec le retour de la saison en salle, je redécouvre mon corps, comme un outils rouillé que j’aurai laissé un peu trop longtemps sous la pluie. Du coup, je crie beaucoup sur le terrain, en français particulièrement, pour évacuer la frustration, les limites imposées par mon manque d’entraînement. Je ferais mieux de m’entraîner, je sais. Le soir, je me retrouve chez moi, dans le studio ensoleillé, et tandis que je dévore avidement des comics en version électronique, je me rends compte que ce n’est qu’une des multiples petites stratégies que j’ai développées en apprenant à vivre tout seul. J’ai appris à faire passer le temps, alors que je pourrais l’utiliser. Pour écrire, pour faire des projets, pour lutter. J’ai appris à me faire oublier que j’étais seul mais je n’arrive plus à me convaincre moi même. Je veux plus, finalement. Et je vais faire en sorte de. Je ne vivrai pas dans la peur.