Catégories
textes

Mes petits plaisirs coupables

Je devrais être en train de ranger, mais je préfère faire la cuisine. Je pourrais faire la lessive, mais je préfère surfer sur Internet. Comme tous les bons névrosés (pour les autres, je préfère ne pas m’avancer), j’ai toute une batterie de petits trucs à faire pour remplir une journée qui aurait pu être productive.

Je devrais être en train de ranger, mais je préfère faire la cuisine. Je pourrais faire la lessive, mais je préfère surfer sur Internet. Comme tous les bons névrosés (pour les autres, je préfère ne pas m’avancer), j’ai toute une batterie de petits trucs à faire pour remplir une journée qui aurait pu être productive.

  1. Lire des blogs.

    Quoique désormais, je passe de moins en moins de temps sur les sites persos web 2.0, j’ai ma petite routine de blogs que je suis. Ca ne sert à rien, c’est souvent minable, mais c’est comme se curer les ongles de pieds, on aime bien le faire même si ça pue.

  2. Lire, tout court.

    Vous êtes un usager de drogue repenti ? Essayez la lecture intensive. Un livre par après-midi, lisez jusqu’à avoir mal au dos, à ma main et aux yeux. Ne lâchez pas jusqu’à avoir fermer la dernière page. Vous sortirez de cette expérience en état de manque, complètement déconnecté de la réalité et avec un peu de chance, la descente bien rude devrait vous tenir jusqu’au lendemain.

  3. Ne pas prendre de douche.

    La douche est l’ennemi de la journée ratée. Sentir son odeur, la vraie, celle du dessous des bras, celle des plis, musquée, c’est comme se retrouver. Certainement parce que c’est aussi se condamner à ne voir personne.

  4. Visiter des sites pornos.

    Avec la démocratisation de l’internet, nous avons tous connu (si, si, tous) une période plus ou moins prolongé de masturbation intensive. Plusieurs fois par jour, jusqu’à avoir le bout rouge et douloureux, chacun d’entre nous a déversé son trop plein d’hormones adolescentes grâce aux myriades de sites pornos. Aujourd’hui encore, si la lassitude est au coin du clic, je continue de rendre visite à mes amants virtuels. Et je suis toujours heureusement surpris de voir une photo que je ne connaissais pas.

  5. Regarder des séries télé

    Je ne supporte pas la télé, à cause des coupures pub. Mais les séries, c’est chimique, je dois toujours en avoir plus. C’est simple, j’ai toujours deux ou trois épisodes d’avance, qui attendent d’être visionnés. Pas moins, sinon, c’est le stress, le malaise vagual. Vous savez que c’est pathétique (voire pathologique), quand après avoir vu les 7 saisons de ”Buffy”, vous vous tapez les 5 pénibles saisons d”’Angel”, juste pour être sûr d’avoir tout vu.

  6. Dormir.

    L’un de mes grands plaisirs dans cette chienne d’existence, c’est la sieste. Vous venez de manger, votre vessie est vide (très important) et le téléphone coupé. Votre moitié (si moitié il y a) est loin et si possible, il fait beau. Votre tête tombe. Vous soupirez doucement et fermez vos yeux gonflés de sommeil. Voilà. Excusez-moi, je dois y retourner.

  7. Jouer de la guitare.

    Et rêver qu’on a encore 15 ans et non le double (ou le triple), la vie devant soi et une grande carrière de star qui nous attend. Je marche à chaque fois. Ta gueule, je chante, je suis Madonna.

  8. Ranger les fichiers qui traînent sur le bureau de son mac.

    Faire du ménage dans son ordinateur, ça pourrait presque nous faire croire qu’on fait du ménage dans notre tête. Not.

  9. Jouer à World of Warcraft.

    Oui, mais là, j’avais une bonne raison. Mon druide était presque au niveau 30 et donc à deux doigts de sa forme de voyage. Ok, je sais, ce n’est pas une raison dans la vraie vie, j’ai bien fait de résilier mon abonnement. Avant de le reprendre.

  10. Tenir un blog.

    Vous n’avez rien à dire, vous ne faites rien d’intéressant et vous ne connaissez personne ? Tenez un blog, vous pourrez raconter tout cela dans un style lamentable. Le comble du vice du plaisir coupable ? Écrire un post sur les plaisirs coupables.