Catégories
blog

Michelle

Michelle Obama à la Convention nationale démocrate. Incroyable discours, avec plusieurs niveaux de lectures. Ce contrôle, cette force; Difficile de rester impassible. Elle le fait en plus malgré les figures imposées, en jouant le jeu qu’on lui demande de jouer, celui de Première dame. Malheur à elle si elle donnait l’impression d’avoir autre chose en vue que le bonheur de sa famille. Ou qu’on sente de l’ambition. Mais on la devine dans la tenue du discours, dans son intelligence.

Notons au passage que le public ressemble beaucoup plus à la réalité de la population des États-Unis que celui de la Convention républicaine.

[edit]

Rather than trying to tear down Romney and the G.O.P., she tried to elevate her husband and his works, assuring disappointed Democrats and independents that, she, for one, still had faith in him. Obviously, it was a one-sided speech. She glossed over Obama’s comfortable upbringing in Hawaii, failed to mention his role in bailing out Wall Street banks, and didn’t mention the housing crisis, the soaring deficit, or the fall in median income. But that was hardly her role. She came to bolster Obama, and in doing so she demonstrated that effective speeches don’t have to be full of attack lines. Direct statements, sincere expressions of personal feeling, and a bit of poetry can do the job just as well.

So, let us praise Michelle Obama, a tall, glamorous, intelligent, and strong-minded daughter of the Windy City who finally came into her own, without any apologies or histrionics. She may well be sincere when she says that she has no political ambitions of her own. But after Tuesday evening, the option will always be there.

The “New Obama”: Michelle Keeps Hope Alive, Rational Irrationality, The New Yorker.

[/edit]

[edit 2]

Si son discours s’avère efficace au-delà de sa puissance oratoire, cela sera parce que la première dame a su relier ce qui fait l’essence d’Obama à sa politique. C’est ce qu’Ann et Mitt Romney n’ont jamais fait. Le message de la convention républicaine était «Faites confiance à Mitt.» Le message de Michelle Obama était le même: son mari est digne de confiance, parce qu’il est d’origine modeste et a vécu une vie de classe moyenne.

C’est là qu’elle a commencé à faire le lien entre biographie et politique. Cette technique a toujours été le grand talent de Bill Clinton. Quand cette connexion est bien faite, c’est elle qui donne à l’exposé un ton plus politique que celui d’un simple discours d’une épouse aimante qui trouve que son mari mérite un 20/20 pour ses efforts.

Convention démocrate. Michelle Obama, les secrets d’un discours, la puissance d’une histoire, Slate.fr (traduction).

[/edit2]

2 réponses sur « Michelle »

Je profite d’un jour enfin calme pour rattraper mon retard de lecture. J’avais lu ici ou là que Michelle Obama avait cassé la … emporté le morceau. Mais j’avoue que là, j’ai pleuré. C’est la première fois de ma vie que je me laisse embarquer par un discours politique, je ne sais que trop la part de “marketing” inside. Mais voilà, elle est en état de grâce, c’est irrésistible.

Les commentaires sont fermés.