Le culot

Ladis était tout content. Moi, je lui glisse entre les dents : « Ladis, il faut se tirer d’ici, je t’en supplie ». Enfin, je fais partir les films et dans les cinq minutes qui suivent, il y a un type du ministère qui vient me voir : «Alors, c’était bien ? Vous êtes content ? Bon, vous savez qu’on a un laboratoire très moderne à La Paz et nous pourrions développer vos films, comme ça, vous pourriez voir si tout est ok». Je leur ai dit : «bon, pourquoi pas?». Et je leur ai donné deux bobines vierges.

Dans les coulisses de l’interview qui fit tomber Klaus Barbie.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Franck dit :

    Surprenant et quel culos Ladislas de Hoyos a eu ce jour-là !

  2. le roncier dit :

    Franck > Oui, quel moment incroyable.