Raiding for Dummies

Gaming and raiding in World of Warcraft, a short paper about high level raiding, from BBC News:

It is not simply a matter of turning up, swinging a sword or casting a spell. Instead, she said, the teams of people that take on the biggest, baddest foes in WoW have to work together like a well-oiled machine.

Guildes et guerres

Pas encore de date de release, mais c’est sacrément intéressant Guild Wars 2. Et ils ont une female game designer, ca nous évitera (peut-être) les persos féminins à moitié à poil avec leur grosses épées et leurs mimiques nunuches. Autre particularité, pas de soigneurs et pas de tank. Quand on voit les files d’attentes aux donjons dans WoW à cause du manque de soins et de boucliers, c’est peut-être une bonne nouvelle, même si TOUS mes persos sont jusqu’à présent des soigneurs (ironique, n’est-ce pas).

The Burnout Crusade

Qu’est-ce qui me plaît dans WoW? Honnêtement, j’en sais rien. Je joue depuis la bêta, en grande partie parce que c’était un jeu disponible sur Mac. J’ai arrêté plusieurs fois et j’ai finalement repris en commençant à raider lors de mon retour en France. Mais cette fois, avec la dernière extension, ya un truc qui cloche. J’aime toujours la chorégraphie des combats face aux boss, mais il manque quelque chose et je ne sais pas quoi. Un bon article sur le sujet, A Whole New World (of Warcraft) #7: The Burnout Crusade, et un post des forums officiels, Anyone else just « not feeling it » this time?, désormais fermé après 50 pages de commentaires, sont là pour témoigner que je ne suis à le seul à sentir que quelque chose ne tourne pas rond en Azeroth. Ça me rend mélancolique.

Comment tu t’appelles ?

Je prends pas mal de temps pour choisir le nom de mes personnages dans World of Warcraft. Etant donné que ça fait partie pour moi de l’immersion, j’ai besoin que le nom titille quelque chose de l’ordre du conte dans mon cerveau romantique. Un peu comme pour les avatars qu’on utilise sur internet en général, en fait.

Blizzard, l’éditeur du jeu, a décidé d’implémenter une nouvel option qui fait de plus en plus grincer des dents la communauté des joueurs, le Real ID. Au lieu d’être amis entre personnages, sans que l’on sache qui est derrière, les joueurs ont désormais la possibilité d’être amis entre eux. Le bon côté, c’est que tu pourrais repérer qui est connecté et les contacter, qu’ils soient en train de jouer sur le même serveur ou carrément à un autre jeu.

Ce qui pose plus de problèmes, c’est que la Real ID devrait être utilisée sur les nouveaux forums de la prochaine extension, pour tenter de lutter contre les trolls et l’incivisme généralisé. C’est cette demande qui rencontre le plus de réactions négatives.

Personne n’est trop chaud, honnêtement, pour utiliser la Real ID. Dans notre guilde, on s’appelle par le nom de notre main, c’est à dire de notre personnage principal, même quand on joue avec un reroll (un autre personnage que nos mains). Nous n’avons même pas évoquer la possibilité d’utiliser notre vrai nom. On utilise TeamSpeak si on veut faire savoir qu’on est connecté et dispo pour jouer. Et cette idée de lever l’anonymat réveille visiblement la méfiance des jeunes utilisateurs de réseaux sociaux déjà échaudés par la politique de Facebook. Si on oublie les délires paranoïaques, j’apprécie énormément, et je ne dois pas être le seul dans ce cas, de pouvoir me connecter sans le signaler à ma guilde, même si j’ai toujours beaucoup de plaisir à jouer avec eux. Mais des fois, je veux juste jouer tranquillou.

Cette Real ID, en fait, je crois que ça fait chier les gens parce que ça devient un peu trop réel tout à coup, on redevient des gogos devant un écran. Je ne crois pas qu’on veuille qu’on nous le rappelle trop souvent, alors qu’on est en train de sauver le monde.

[Edit du 12/07/10: Blizzard a abandonné l’idée, après près de 50 000 messages sur le forum.]

Jouer à sauver le monde

S’inspirant d’une anecdote mythique (mais peut-être étayée historiquement), Jane McGonigal suggère alors de dépasser la simple satisfaction confortable qu’apportent les jeux en ligne et de canaliser cette masse de compétence et d’énergie pour résoudre des problèmes de la vie réelle tels que la famine, la pauvreté, le réchauffement climatique, les conflits géopolitiques ou l’obésité.

Jouer en ligne pour sauver le monde. Fascinant. Je ne savais pas que Libé avait ouvert ses colonnes, enfin un blog, à la guilde Millénium de WoW. Avec des revenus supérieurs à ceux de l’industrie du cinéma et plus de 11 millions de joueurs au monde, il est vraiment temps de commencer à considérer les jeux vidéos comme autre chose qu’un passe-temps pour adultes qui refusent de grandir.