Dryococelus australis, le retour

They were Dryococelus australis. A search the next morning, and two years later, concluded these are the only ones on Ball’s Pyramid, the last ones. They live there, and, as best we know, nowhere else.

How they got there is a mystery. Maybe they hitchhiked on birds, or traveled with fishermen, and how they survived for so long on just a single patch of plants, nobody knows either. The important thing, the scientists thought, was to get a few of these insects protected and into a breeding program.

That wasn’t so easy. The Australian government didn’t know if the animals on Ball’s Pyramid could or should be moved. There were meetings, studies, two years passed, and finally officials agreed to allow four animals to be retrieved. Just four.

Six-Legged Giant Finds Secret Hideaway, Hides For 80 Years , NPR. Belle histoire, mais ces insectes sont un peu trop grands pour moi. Je les aurais laissés sur leur rocher, tranquilous.

Les Verts, le budget et les économistes

Comme il en est de signer un travail qui n’est pas le sien, voir apposer sa signature sur un travail auquel on n’a pas participé constitue une violation de la déontologie scientifique la plus élémentaire. Paul Malliet, Frédéric Reynès et Yasser Y. Tamsamani déclarent qu’ils n’ont ni participé, ni signé, ni contribué directement ou indirectement au travail d’évaluation proposé par Europe Ecologie Les Verts. Ce travail est la responsabilité pleine et entière de Gaël Callonnec et n’engage que lui.

Des vertes et des pas mûres : quand les économistes sont pris pour des pommes.

Ils précisent par ailleurs que « ce travail est la responsabilité pleine et entière de Gael Callonec (le quatrième économiste, NDLR), et n’engage que lui ». Or Gaël Callonnec, outre sa qualité d’économiste, est également… militant d’Europe Ecologie-Les Verts, investi par son parti pour les élections législatives de juin 2012 dans le département des Yvelines et porte-parole du groupe de Conflans-Sainte-Honorine.

L’analyse du budget d’Eva Joly était réalisée… par un militant Vert.

Ce travail a été réalisé sur un modèle développé par et pour l’OFCE par quatre économistes, dont un est adhérent d’EELV. Ce modèle a été utilisé par Bercy pour simuler l’impact de la taxe carbone, par le Conseil d’analyse stratégique pour simuler l’impact d’une réduction de 30 % des émissions de CO2 sur l’économie française, et par le Ministère de l’Écologie pour simuler le cout de la sortie du nucléaire. Ce modèle est donc rodé, il a fait ses preuves. Et il n’est pas adhérent d’EELV!

Mise au point de Pascal Canfin, conseiller économique d’Eva Joly, sur l’expertise de son budget.

Les Verts, ou comment vous donner envie de bouffer de la viande, éclairé par des ampoules halogènes nucléaires, sur une terrasse chauffée, en prenant un bain de mazout. Comment voulez-vous maintenant qu’on s’intéresse aux qualités intrinsèques du projet. Quelle horrible campagne présidentielle, alors qu’ils ont la candidate la plus brillante.

Edit de 19.54 : Cette histoire est d’autant plus frustrante que le personnage de Pascal Canfin a l’air vraiment intéressant:

Elu en 2009 au Parlement européen sur la liste Europe écologie, membre de la Commission des affaires économiques et monétaires, il a obtenu l’interdiction des « CDS à nu » – un produit financier toxique qui permet de spéculer contre les Etats. Il avait auparavant bataillé contre les bonus bancaires. Il est à l’origine de la création de Finance Watch, ONG qui tente de contrecarrer le lobbying de la finance. La semaine prochaine, ce jeune stratège de l’action politique, de la négociation acharnée, publie un petit bouquin pédagogique au titre implacable : Tout ce que les banques vous disent et pourquoi il ne faut presque jamais les croire…

— Pascal Canfin “Des banques françaises parient sur le risque de faillite de la France… c’est délirant !”.

P.S.: Pascal Canfin, t’es ben cute. Wanna french ?

The Wild Parrots of San Francisco

The Wild Parrots of Telegraph Hill is a 2005 documentary film directed, produced, and edited by Judy Irving. It chronicles the relationship between Mark Bittner, an unemployed musician who is living rent-free in a cabin in Telegraph Hill in San Francisco, California, and a flock of feral parrots (cherry-headed and two blue-crowned conures) that he feeds and interacts with.

The Wild Parrots of Telegraph Hill. I really want to watch it now.

Ce que disent les animaux

Washoe est la première chimpanzé ayant appris à communiquer grâce à la langue des signes :

Washoe greeted Kat [the caretaker] in just this way when she finally returned to work with the chimps. Kat made her apologies to Washoe, then decided to tell her the truth, signing « MY BABY DIED. » Washoe stared at her, then looked down. She finally peered into Kat’s eyes again and carefully signed « CRY », touching her cheek and drawing her finger down the path a tear would make on a human. (Chimpanzees don’t shed tears.) Kat later remarked that that one sign told her more about Washoe and her mental capabilities than all her longer, grammatically perfect sentences.

Washoe (Wikipedia).

Les nématodes parlent entre eux avec des molécules chimiques :

For example, the researchers found several molecules that tell nematodes to scatter and disperse. These molecules consist of only two building blocks. But adding a third building block called an indole changes the meaning completely: instead of « go away » the message becomes « everybody come here. » Nematode messages get even more complex by combining two or more different molecules, just like combining different words in a sentence makes for more complex meaning.

‘Worm speak’ uses chemicals to communicate.

Les perroquets sauvages apprennent leur nom en écoutant leurs parents :

But what parrots can do is they can say: « Eh Tom, wanna go get some food? I’m Bob. » And that’s pretty amazing.

How a Parrot Learns its Name in the Wild.

Presque de quoi vous rendre antispéciste. Presque.

Sing along

Un piou-piou s’invite sur la scène d’un festival de bluegrass (1’25). C’est l’instant Blanche Neige. <3

A meal a day

Malthus is one of these tales. It is an in-home aquaponics unit designed for the next generation kitchen or living room. It grows one meal a day: a portion of fish and a side salad. Aquaponics farming is a technique that combines the cultivation of fish with the growing of vegetables. The fish provides rich fertilizer for the plants and in return, the plants clean the water from the tank. The fish and the plants co-exist in a symbiotic relationship.

Malthus, a Meal a Day. Or How I Learned to Stop Worrying About the Food and Love the (Population) Bomb.

Prêt à jeter

Dans le documentaire Prêt à jeter diffusé sur Arte, une ampoule brille depuis 109 ans dans une caserne de pompier, à Livermore, aux États-Unis. Une bête ampoule à incandescence, dont on peut apprendre l’histoire sur son site officiel (et old school), et qui a survécu à plusieurs webcams chargées de la surveiller.

Prêt à jeter nous apprend comment les industriels, principalement américains, se sont entendu pour programmer l’obsolescence de leurs produits, sous l’idée qu’un produit qui dure est un produit qu’on ne vend pas. Ainsi, le cartel de Phoebus, oligopole rassemblant les plus grands fabricants d’ampoules de la planète, a ainsi décidé, dans les années 30, de fixer la durée de vie des ampoules à 1000 heures. On a ainsi demandé aux ingénieurs de réduire la durée de vie des produits.

L’extraordinaire durée de vie de l’ampoule semble due au vide parfait dans la bulle, qui permet au filament de chauffer sans se dégrader. Le documentaire, un chouïa glaçant, est disponible en ligne pendant un court moment (il est sur YouTube), signe que l’obsolescence programmée a aussi atteint nos produits numériques :