dans blog

La déconnexion du PS

Si une majorité (59%) de Français est opposée à l’autorisation de la gestation pour autrui (GPA),  57% se disent favorables à autoriser la procréation médicale assistée (PMA), selon un sondage* réalisé par l’institut Harris Interactive pour LCP-Assemblée nationale.

— Sondage : une majorité de Français favorable à la PMA, Le Parisien.

Je vois passer ce truc partout ce matin et ya un truc qui chagrine dans cette histoire de sondage. Quand bien même une «majorité» de sondés seraient contre, on n’est pas acteur ou non du progrès social à cause ou grâce à un sondage. Quand c’est la bonne chose à faire, il faut le faire (surtout quand c’était dans le programme). On ne gouverne pas par sondage.

J’ai l’impression que le PS s’est coincé entre une politique du sondage mal interprétés (incapables de se projeter dans le «vrai» monde alors ils interprètent mal des sondages, un bien mauvais moyen de prendre la température d’un pays de toute façon), une politique des urnes nourrie d’automythologie («nous sommes le parti de la gauche») et une politique carriériste (tout pour être réélus). Reste pas beaucoup de place pour les idéaux, hein.

La tête du PS ne sait pas qui nous sommes, en fait. Comme le reste de la droite, mais au moins, l’UMP ne fait pas semblant d’être progressiste. Je dis «nous» au sens large d’ailleurs, les gens qui veulent du progrès social, qui veulent qu’on vive ensemble de manière apaisée et que les gens aient les chances de se réaliser, sans que notre vie soit dictée par une convention du MEDEF ou un délire religieux.

Du coup, le gouvernement et la majorité naviguent à vue, aveuglé par leurs privilèges. Je veux dire, faut être sacrément à la ramasse pour oser dire un truc comme ça :

Interrogé sur France Info ce mercredi 5 février au sujet de la PMA, François Rebsamen, le président du groupe socialiste au Sénat et le sénateur-maire de Dijon, a assuré que ces sujets de société étaient définitivement parisiens.

Voilà ce qu’il explique:

Ce pays est quand même confronté à des formes de dépressions nerveuses généralisées qui semblent des fois assez incompréhensibles quand on vient,j’ose le mot, de province.

Il considère de manière générale que la plupart des Français ne comprennent pas ce qu’est la PMA:

Une grande majorité de Français ne sait même pas ce que c’est.

Ce sont des sujets où la société met du temps à évoluer, regardez le Pacs il y a 12 ans.

François Rebsamen salue ainsi la, « sage » selon lui, décision du gouvernement de reporter sine die le projet de loi sur la famille.

 — François Rebsamen, la PMA est «assez incompréhensible quand on vient de province», Le Lab.

Il réussit à être méprisant avec tout monde en deux phrases : violence de classe («les pécores sont trop cons pour comprendre»), homophobie («le vice bourgeois»), mépris des habitants urbains («bobos hystériques»). Je veux dire, pour être simpliste, les agriculteurs, ils ont pas vraiment besoin qu’on leur explique la PMA. Par contre, les mecs blancs hétérosexuels du PS ont besoin qu’on leur explique les discriminations liées à l’identité de genre et à l’orientation sexuelle.

François Rebsamen ne sait pas de quoi il parle, tout simplement. Comme le PS. #trahisonsocialiste