dans blog

AJL, première

Le traitement médiatique du projet de loi sur le mariage pour tous nous a très souvent interrogés. Propos caricaturaux publiés sous la plume de confrères et consœurs dans leurs éditoriaux, espace et temps disproportionnés accordés à des opposants à la loi explicitement homophobes sur les antennes télé ou dans les pages de magazines etc. : tout s’est passé comme si l’homophobie était une simple opinion, et non un délit. Comme si offrir une tribune aux homophobes, sous couvert de vouloir garantir un traitement “équilibré” du sujet, ne légitimait pas ces propos haineux. Comme si, au fond, la discrimination envers les homosexuel.les était plus acceptable que celle qui touche d’autres minorités.

(…)

Nous avons donc décidé de créer l’Association des journalistes LGBT (AJL). Certains vont évidemment nous faire le procès du communautarisme. Ou voir en nous l’expression de ce fameux “lobby gay” qu’ils fantasment à longueur de journée. Nous n’en avons cure. Le dernier article posté à la une du site de la NLGJA américaine s’intitule «Nous rappelons aux journalistes l’importance d’accorder un traitement juste et rigoureux à la couverture du mariage pour les couples de même sexe». C’est de là que, modestement, nous partons, avec la volonté d’affirmer notre présence sur l’ensemble de ces questions lorsque leur traitement se révélera défectueux. Nous invitons tous les journalistes LGBT soucieuses et soucieux de ces questions à nous rejoindre.

Pour une association des journalistes LGBT, ajlgbt.info.

J’ai signé avec plaisir ce texte. C’est un appel, tout reste à faire. Pour nous rejoindre ou nous contacter, envoyez nous un message via notre page contact ou par mail, contact@ajlgbt.info.

  1. Désolé, mais j’ai effectivement pensé communautarisme lorsque j’ai entendu parler de cette asso. Cependant, je cherche à être convaincu du bien fondé de ce mouvement. Le texte ci-dessus n’a pas suffi. ;)

  2. 1) En quoi est-ce communautariste ?
    2) Qu’est-ce qu’être communautariste et en quoi est-ce mal ?

  3. @TarValanion: L’endroit d’où parle un journaliste est important. Un journaliste black ou arabe ne parlera pas d’une discrimination raciste de la même manière que Jean-Pierre Pernault. C’est la même chose pour les homos. Il faut un regard homo sur l’information et il faut que ce regard soit clairement identifié comme homo. Un rédac chef hétéro qui parle du mariage pour tous, ça donne Boutin et Barjot sur toutes les chaines. On a droit à un meilleur traitement de l’info LGBT, et on ne l’obtiendra pas en se tournant les pouces, on l’obtiendra en faisant en sorte que les journalistes soient plus facilement out. (Commentaire un peu décousu mais bon je suis au boulot.)

Commentaires clos.