dans blog

Objectif Pride

Je crois qu’il est temps de faire ce qu’on fait de mieux : Une bonne grosse Pride qui tache, avec de la musique pompier, des man boobs, des plumes, des merguez, des lesbiennes pointues, des vieilles choquées, des oreilles qui sifflent. Je veux marcher au milieu de la rue parce qu’elle m’appartient, au moins pour une journée. Beaucoup ont l’air de l’avoir oublié en comptant les participants aux manifs, mais nous mobilisons des centaines de milliers de personnes depuis des années, chaque année. La Pride n’est pas un défilé, malgré tous ses défauts, sinon, on y croiserait beaucoup plus de politiques ou de planquées. La Pride est politique, et fun, et « trop », et « chiante », et belle. Comme nous.

A 8’58, Nicolas pose une question qui résonne différent aujourd’hui qu’en 2011 : «Sur tous les gens qui sont là, combien sont conscients qu’il faut nous donner les mêmes droits.» Gageons qu’après les attaques violentes contre l’ouverture du mariage au couple de même sexe, les slogans de la Pride parisienne résonneront différemment chez les participants en le 29 juin 2013. Je veux une mother fucking Pride de l’enfer. Une célébration. Une fête.

[Reportage réalisé par Coco chéri, pour Yagg.com]