dans blog

Porn : The Reckoning

For a decade or so, to the porn industry, the Internet looked like the best thing ever invented—a distribution chute liberating it from the trench-coat ghetto of brown paper wrappers and seedy adult bookstores, an E-Z Pass to a vast untapped bedroom audience. If it was equally apparent that the web would prove as destabilizing as it has for other media, the money was so good that the industry could ignore the warning signs. Now the reckoning has arrived.

The Geek-Kings of Smut [via]. Comment internet défait et fait les fortunes du porno. Comment aussi les YouTube-like sont accusés de casser le marché et comment les « amateurs » un terme à utiliser avec prudence dans le porn, ont vu leur popularité exploser. Je ne connais personne qui paye pour du porn. Je n’ai jamais acheté un film de ma vie. Et je suis sûr que le futur offrira une place de choix aux sites d’UGC, même si on aime bien une bonne pornstar de temps en temps. Clairement en tout cas, les pédés sont d’énormes consommateurs. Comme le dit l’un des interviewés, à un mec (hétéro) tenté par la carrière:

“the gay side’s where all the money is. There might be 30 straight guys who can make a living at it, but if you’re willing to get fucked in the ass, I can get you five grand right now.”

And I was not aware there was a very important « big-tit–MILF niche ».